Réunion en ligne en télétravail

Besoin impératif de traitement esthétique : une réalité suscitée par les réunions en ligne

Depuis plus d’un an, le nombre de consultations augmente considérablement non seulement chez les virologues en raison de la pandémie du Covid-19 mais également chez les médecins esthétiques. Le télétravail, Zoom et notamment les réunions en ligne ont bouleversé nos regards sur nous-mêmes.

 

Plus d’attention sur l’aspect esthétique

 

Durant les visioconférences auxquelles sont présents tous les collègues, clients, partenaires professionnels, nous avons tendances à soigner davantage notre apparence. Durant les réunions professionnelles  avec la présence physique de tous, personne ne viendra révéler les imperfections sur le visage d’autrui tandis que durant la visioconférence, chaque participant voie clairement les autres autant qu’eux-mêmes.

De plus, la technologie de la communication est doté d’une caméra à très haute résolution qui laisse voir jusqu’au moindre bouton du visage. Cela explique la nécessité absolue de voir un médecin esthétique le plus vite possible pour corriger les imperfections esthétiques gênantes au cours des réunions en ligne.

 

Le travail en ligne étant la solution adoptée par de nombreuses entreprises afin de pouvoir continuer à fonctionner malgré l’urgence sanitaire. Par ailleurs, ce mode de travail est aussi un facteur révélateur des défauts physiques et esthétiques liés à une série de confinement d’où une longue période d’immobilité. Il permet toutefois à de nombreuses femmes de rectifier certains aspects inesthétiques de leur corps avec l’aide des médecins esthétiques.

 

Quels sont les traitements esthétiques les plus demandés ?

 

Selon une enquête menée par des médecins esthétiques, il y a actuellement plus de 10% de femmes intéressées par les traitements esthétiques qu’avant la pandémie.

La tendance de traitement a également changé. Si en 2006, le lifting de seins constituait la majorité de la demande, aujourd’hui, le traitement esthétique du nez a pris la première place. A l’issue des fréquentes réunions en ligne, le lifting des paupières occupe le deuxième rang du classement, suivi de près, à la troisième place par le lifting du visage. Suite à une série de confinement qui a entraîné une grande immobilité, le gain de poids se reflète à travers les masses graisseuses du visage, du cou, des bras… d’où le recours à la liposuccion qui figure à la quatrième place du classement.  Au cours de ces quinze derniers mois, les femmes sont de moins à moins préoccupées par l’augmentation de la poitrine, ce qui renvoie cette demande à la cinquième place.

 

Demandes d’intervention esthétique : l’exemple de quelques pays

 

Dans un grand pays comme l’Australie, l’explosion de nombre d’interventions faciales, appelée aussi Zoom Face Envy est due à la pandémie. Ce pays est l’un de ceux qui consacrent un important budget pour les soins esthétiques. Plus les gens se voient à l’écran, plus ils ont tendance à inspecter les imperfections de leur visage et cherchent les moyens d’y remédier. Le lifting des paupières et la rhinoplastie constituent jusqu’à deux ou trois fois de demande d’intervention.

En France, l’injection d’acide hyaluronique pour combler les cernes, les rides et les sillons est une demande croissante. Il en est de même pour la demande de toxine botulique pour détendre les muscles. Selon l’observation d’une association de médecins esthétiques en France, le télétravail offre des moments libres pour s’occuper de son apparence, ce qui n’a pas été le cas auparavant.

La situation reste identique en Belgique où le nombre de consultations pour les traitements esthétiques s’accroît également. On estime que cet accroissement est en rapport avec les rendez-vous fréquents par visioconférence. Le confinement a sans doute favorisé le gain de poids dont les effets sont visibles à l’écran. Pour certaines patientes, le traitement esthétique est donc une occasion de se faire plaisir, de se récompenser après une période difficile.

Une patiente est en train de recevoir une dose d’acide hyaluronique afin de corriger une anomalie cutanée localisée sur la joue gauche. Cette molécule est dotée d’un effet tenseur, ce qui permet de combler la partie relâchée de la peau suite au processus de vieillissement ou une perte de poids. Le traitement à l’acide hyaluronique est indolore, le médecin esthétique utilise l’injection à la micro-canule. Le traitement est à renouveler périodiquement pour garder le meilleur résultat.

 

 

Liaison des traitements esthétique avec d’autres troubles

 

A part l’effet du télétravail et des visioconférences, d’autres médecins esthétiques évoquent même que le recours au traitement esthétique par certains patients pourrait être lié à des troubles psychologiques comme l’anxiété, la dépression… Ce constat sort d’une analyse rétrospective des dossiers de leurs patients.

Pour conclure, le confinement, le télétravail et le fait d’être confronté à sa propre image finira par révéler ses faiblesses physiques. Ceci explique l’augmentation du nombre de consultations même en pleine période de crise sanitaire. Ce qu’on constate c’est que les gens sont moins attentifs en présentiel qu’en image ou vidéo qu’ils délivrent sur la toile. Durant les visioconférences, tous les participants passent plus de temps à se voir et l’attention est nécessairement plus portée à son apparence et à celle des autres.

 

Sources et Références :

  • Moustique Be : Quand les réunions en ligne réveillent les complexes physiques (page consultée en juin 2021)
  • Marie Claire : "Zoom-face" : quand la Covid-19 donne des envies de médecine esthétique (page consultée en juin 2021)
  • Allodocteurs : Comment le covid a changé le visage de la médecine esthétique (page consultée en juin 2021)
  • Les Echos : Le Covid a bouleversé le marché de la beauté (page consultée en juin 2021)
  • L'Express : "Tant que ça reste naturel": la médecine esthétique boostée par le Covid (page consultée en juin 2021)

Autres articles